Ces films que j’aime : Like Crazy

Like Crazy débute par une scène qui me ressemble. Il commence lorsqu’Anna laisse une lettre spontanée et un peu folle à Jacob, sur son part-brise. Elle hésite, mais finit par la déposer, en la signant tout de même d’un « PS : Please don’t think I’m a nutcase!! »*. J’ai mis pause, bien entendu, et dans sa lettre, Anna lui raconte qu’elle a ce pressentiment persistant qu’ils pourraient s’entendre, alors qu’ils ne se sont jamais parlés. Elle parle de cette chanson des Beach Boys dont elle est certaine, sans savoir pourquoi, qu’elle lui plairait. C’est son estomac qui le lui dit, ses tripes. Elle joint à sa lettre un peu awkward un poème d’E.E. Cummings, intitulé Since feelings is first. Je connais ce sentiment. Croiser le regard d’une personne et Savoir. Recevoir le message de son corps tout entier, de son instinct, et du reste du monde… un message qui nous supplie de découvrir cette personne, et qui nous chuchote que de belles choses sont à prévoir. J’en ai laissées, des lettres sur des part-brise. Et j’en laisserai encore… Et puis ce film c’est aussi les sourires gênés des débuts, les rituels tout en simplicité, les balades sur la plage, les instants spontanés… c’est aussi la distance et la tristesse inévitable des séparations lorsque les astres s’alignent trop mal. Et les couleurs. Et la musique : Paul Simon, Dustin O’Halloran… C’est joli, plein de poésie… C’est vrai.

tumblr_nix837GKcs1qmo3ryo1_500

tumblr_o3ood0ZKXx1u8n0xao1_1280 tumblr_o3oob5UgPg1u8n0xao1_1280* « S’il te plait, ne me prends pas pour une folle ! »

R.I.P. Anton Yelchin…

Margaux Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *