De la musique, et du silence

Je me souviens, il y a quelques mois, de cette soirée dans ce restaurant. J’étais avec C. et l’on se racontait les choses de nos vies. En fond, de la chanson française, légère et entrainante… des jolies morceaux, que j’aimais et que je n’avais pas écoutés depuis ce qui me semblait être une éternité. Mes récits, eux, étaient pesants, et mon cœur serré. Mais quand un nouveau titre commençait, quand un couplet me revenait, alors… l’espace d’un instant, tout allait mieux. Je chantais, et je réalisais en temps réel le pouvoir de la musique et sa trop grande absence dans mon quotidien. Le problème, vois-tu, c’est que j’aime également – peut-être même un peu plus – le silence et écouter le monde qui m’entoure, sans addition. Le bruit du vent, de la pluie… de l’autoroute quand elle est loin, de cet avion qui passe, tout haut, et ces oiseaux, et mon chien qui ronfle, paisible. Je m’en contente facilement et il m’arrive d’oublier. Il m’arrive d’oublier comme la musique soulage le cœur, comme elle rythme les plus beaux des instants et les marque à jamais dans nos mémoires, comme elle nous aide à traverser les tempêtes, comme elle redessine les mauvais jours et leur donne des couleurs… Je dois aller vers la musique. Je ne dois pas oublier.

Margaux Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *