Ces films que j’aime : Garden State

Avant, je me brisais un petit peu à chaque fois que quelqu’un me trouvait « bizarre ». Ce mot sonnait à mes oreilles comme une insulte, différente des « spéciales » et des « originales ». Et puis il y a eu Garden State. Et « bizarre » est devenu joli, unique, d’une poésie insoupçonnée. Garden State, c’est comme un poème sur le bonheur de s’assumer étrange et unique. Accepter de suivre son instinct et d’agir, même quand c’est un peu ridicule. Oser crier, danser, s’exprimer… Sortir des sentiers que d’autres ont tracé pour nous. Ressentir la singularité du moment, respirer de grandes bouffées de cette atmosphère particulière que l’on ne sentira plus jamais, et se souvenir toujours de l’odeur de ce moment, à cet endroit, à cet instant…

Margaux Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *